"Le passé simple" ou le poids du contraste

Deux ans avant la fin du protectorat français au Maroc , " Le passé simple " d' Idriss Chraibi est apparu dans le cadre d'un prolongement d'une fresque romanesque de littérature maghrébine de langue française , le lendemain de sa publication " le passé simple " a fait couler beaucoup d'encre à l'image de "l'assommoir " d'Émile Zola en raison des thématiques abordées et de la représentation ultra-réaliste de la société marocaine de l'époque .

 

Le père du narrateur Hadj Fetmi Ferdi , un grand commerçant du thé , une réputation éthique , un caractère rigide et stricte , nommé le " Seigneur " par son son fils pour sa grande puissance sociale et économique , une figure parentale omniprésente dans la société marocaine , avec laquelle il est quasi-impossible d'engager une conversation saine . Bref, une figure de droit divin. 

 

Ayant subi un déchirement culturel dès son plus jeune âge ; D'une part , une atmosphère générale de conservation extrême instaurée par " Le seigneur " , d'une autre , une éducation purement française au lycée Lyouti . dans cette dualité marquante , Idriss Ferdi se trouve dans le besoin de retracer ses lignes directrices au lieu de se perdre dans le contraste .

 

La querelle des anciens et des modernes a toujours existé . Or, ce qui est inhabituel , du moins dans la littérature méditerranéenne , c'est la mise en relief des deux pôles , leur donner existance et voix sous le même toit et de les exposer volontairement à la confrontation non désirée .

 

L'auteur traite avec beaucoup de sincérité les moindres détails de la condition de la jeunesse dans les sociétés qui s'imprégnent des valeurs ancestrales usurpées par l'action alternative du temps et de l'espace .

 

Le passé simple qui n'a absolument rien de simple a fait l'effet d'une véritable bombe lors de sa parution , les " anciens " se trouvèrent humiliés par la vérité , rougis de honte , et les "modernes" amateurs de renouvellement et de liberté inconditionnelle furent tout émus par le nouveau souffle libertaire apporté par littérature carrée et qui n'a point de crainte à avoir .

 

Auteur: Hamid Belhoucine




Comments

You must be logged in to post a comment.

About Author
Belhoucine Hamid
9 followers